Page:Duplessis - Un monde inconnu, Tome 1, 1855.djvu/302

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
296
un monde

bien s’essayer, mais y réussir, c’était tout autre chose !

Au premier choc, le piccador s’éleva à une hauteur assez raisonnable dans les airs et retomba lourdement à terre.

— Encore ! encore ! s’écria-t-on de toutes parts.

— Je n’ai été payé que pour une seule chute, et me voilà quitte !… Je suis un honnête homme qui tiens ce qu’il promet, mais pas davantage.

Plusieurs onces roulèrent dans l’arène.

L’impudent coquin les serra soigneusement dans sa ceinture, et retourna agacer le furieux animal, qui, cette fois, l’enleva de dix pieds plus haut.

— Ce n’est rien, dit-il en secouant avec un geste de chien mouillé le sable dont il était couvert.