Page:Duplessis - Un monde inconnu, Tome 1, 1855.djvu/57

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
51
inconnu

tellement noires et odieuses, qu’elle souleva contre eux une haine implacable qui dure encore aujourd’hui. Ici le peuple ne fait et ne reconnaît aucune différence entre les Anglais, les Allemands, les Français, etc. Tout Européen, qu’elle que soit sa patrie, est frappé du sobriquet de judio ou juif : ce mot générique, qui nous désigne tous, est, aux yeux des Mexicains, le plus grand outrage qu’ils puissent adresser à quelqu’un, et a plus de force à leurs yeux que n’en ont chez nous et en Angleterre le mot raseal ou vilain.

— Je vous remercie beaucoup de ces explications, sir ; mais il me semble cependant qu’un étranger qui, en s’établissant à Puebla, ne s’occuperait que de ses affaires, et fréquenterait à point nommé les églises,