Page:Duplessis - Un monde inconnu, Tome 1, 1855.djvu/65

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
59
inconnu

glise. « Non, mes frères, s’écria le prédicateur ; Dieu ne nous permet point de verser le sang de ces hérétiques : nous n’avons qu’un droit, celui de les chasser de notre ville, et ce droit nous allons l’exercer : suivez-moi ! »

Le moine, à ces mots, descendit de sa chaire, saisit un crucifix sur l’autel, puis, suivi par une multitude qui grossissait en avançant, il se dirigea vers la maison qu’habitaient les Godard. Lorsqu’ils arrivèrent, c’était l’heure de l’oraison ; ils trouvèrent toute cette famille priant à genoux. On ordonna aux infortunés de sortir, car personne, tant étant forte l’horreur qu’ils inspiraient dans ce moment, ne voulut entrer dans leur maison, et les malheureux durent obéir.

Parvenu à cet endroit de son récit, l’An-