Page:Emile Souvestre - Le Journaliste - Tome 1 - Charpentier 1839.djvu/111

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


peindre quelque vierge dans une grande cathédrale, ou quelque maîtresse de roi dans un palais.

— Mieux vaut être un pauvre ouvrier libre qu’un laquais opulent.

— Ainsi, tu es content de ton sort ?

— Non ; mais qui me dit que j’en eusse été plus content il y a cinq siècles ?

— Je ne te comprends pas, ma parole d’honneur! on dirait que tu n’aies pas artiste : tu ne te plains jamais. Moi, je suis médecin, et par conséquent désintéressé dans la question ; mais j’ai en horreur notre siècle d’épiciers. Je ne puis voir un talent méconnu sans avoir une névralgie! et l’on ne voit que cela aujourd’hui, Hier encore, j’ai fait la connaissance d’un jeune homme employé aux Assurances, qui est auteur d’un poëme admirable sur le ‘’Mont Carmel’’.

— Il te l’a lu ?