Page:Emile Zola - L’Argent.djvu/346

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Moser, le nez allongé, grognait de sourdes menaces.

— Oui, oui, au bout du fossé la culbute… La carte du Mexique à payer, les affaires de Rome qui s’embrouillent encore depuis Mentana, l’Allemagne qui va tomber sur nous un de ces quatre matins… Oui, oui, et ces imbéciles qui montent encore, pour culbuter de plus haut. Ah ! tout est bien fichu, vous verrez ! 

Puis, comme Salmon, cette fois, demeurait grave, en le regardant :

— C’est votre avis, n’est-ce pas ? Quand tout marche trop bien, c’est que tout va craquer. 

Cependant, la salle se vidait, il n’allait y rester, en l’air, que la fumée des cigares, une nuée bleuâtre, épaissie et jaunie de toutes les poussières envolées, Mazaud et Jacoby, redevenus corrects, étaient rentrés ensemble dans le cabinet des agents de change, le second plus ému par de secrètes pertes personnelles que par la défaite de ses clients ; tandis que le premier, qui ne jouait pas, était tout à la joie du dernier cours, si vaillamment enlevé. Ils causèrent quelques minutes avec Delarocque, pour des échanges d’engagements, tenant à la main leurs carnets pleins de notes, que leurs liquidateurs devaient dépouiller dès le soir, afin d’appliquer les affaires faites. Pendant ce temps, dans la salle des commis, une salle basse, coupée de gros piliers, pareille à une classe mal tenue, avec des rangées de pupitres et un vestiaire tout au fond, Flory et Gustave Sédille, qui étaient allés chercher leurs chapeaux, s’égayaient bruyamment, en attendant de connaître le cours moyen, que les employés du syndicat, à un des pupitres, établissaient d’après le cours le plus haut et le cours le plus bas. Vers trois heures et demie, lorsque l’affiche eut été collée sur un pilier, tous deux hennirent, gloussèrent, imitèrent le chant du coq, dans le contentement de la belle opération qu’ils avaient réalisée, en trafiquant sur les ordres d’achat de Fayeux. C’était une paire de solitaires pour Chuchu qui tyrannisait maintenant Flory de ses exigences, et un semestre d’avance pour Germaine Cœur que Gustave avait fait la