Page:Encyclopédie méthodique - Atlas, T02.djvu/106

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
103
DES CARTES


50’, 4, oude$V, lidude56’, o ; doncle bourgSaint-Pierreétantpar58°31’, 2de longitude, &lecapdeRazepar55035’, 7, le NorddefileKerponserapar

5803i’, 2-io39’, o =55°52’, i.

5831, 2—222, 2=5609, 0.

5535, 7+i5°, 3=*5626, °■

5535, 7+*5°, 4=56l6, » •

5535, 7+x51, 2=5626, 9.

5535, 7+i56, °=5631, 7 Milieu56026’, o.

Mais lesanglesdepositions, tantgénéraux queparticuliersdunordde111e Kerponpar rapportàlavilledeSaint-Jean, &càl’égarddu capdeRaye, ontparuexigerqu’onaugmentât cettelongituded’i’, 2 ; c’estlemaximumqu’on peuttirerdeslongitudesprécédentes. IIestassez singulierque, ducapdeRazejusqu’au nordde l’ileKerpon, iln’yaitque18’, 5enlongitude, selonM.Bellin, &qu’ilyait2046’, 7, selonles cartesduPilote AngloisdeTerre-Neuve, tandis qu’onytrouveici51’, 5 ; qu’entrelecapde Raye&lenorddeHieKerpon, iln’yaitque 142’, 7, selonM.Popple, &339’, o, selon M.Bellin, tandisqu’onytrouveici296’, 3 ; 3u’entrelebourgdefileSaint-Pierre&clenord ellleKerpon, il n’y aitque35’, selonle PiloteAngloisdeTerre-Neuve, &qu’ilyait 162’, selonM.Bellin : onyatrouvéici124’. Oncroitquelescartesdupilote Angloisde Terre-Neuvefontlacôteméridionaledecette îletroplongue, danslaraifonde12à11 ; ona plusieursexemp’esdecesexcès, entreautresfur lescôtesseptentrionalesd’Espagne, duNeptune François, levéesen1691, parMM.Minet&de Gènes, &c rédigéesparM. deChazelles, de l’AcadémieRoyaledesSciences, Ingénieurdela Marine ; lesoriginauxluienontparuexactement levés&recherchésendétail.Pourlalongitude, onytrouve, entre Bayonne-&lecap Finistère, 9" 15’.(ObservationfurlacarteduG.deGascogne, parM.Bellin, 1750) : or, iln’yacertainementque 7050’enlongitude, deBayonne aucapFinistère, &9015’: 7050’::111 : 94, ouàtrès-peuprès, comme13està11.Cette carteestd’un très-ampledétail, qui, lorsqu’on veutl’exprimer, ainsiquel’observeM.Bellin, jetteinsensiblementdansuneestimeplusconsidérable, desdistances ; on nepeuts’engarantir qu’enprenantdespointsfixes ; sipour 11lieues MM.Minet&deGènesenontcompté13, les Ingénieursquiontlevélacôte méridionalede Terre-Neuve, nepourroient-ilspas, enpareilles circonstances, pour 11lieuesenavoircompté 12 ? Onindiqueraseulementlesautrespoints qu’onaarrêtésfurcetteîle, fansentrerdans ledétailqueleurdéterminationaexigé ; leur positiondépenddeprocédésanaloguesàceux qu’ona vu.Cespoints, furlacôteorientale, ens’appuyantfurla villedeSaint-Jeand’une part, &cdel’autrefurlenorddefileKerpon, fontlecapSaint-François, Break-Heart, lecap Bonavista, lecap Fréels, lapointedeFogue, nondansllledecenom, maisdanscellede Terre-Neuve, lecapSaint-Jaan, &leNordde filedeGrouais.SurlacôteduNord-ouest, ense fondantfurlecapdeRaye&furleNorddefile Kerpon, cesendroitsfont, fileCodroi, lecap àl’Anguille, lecapSaint-Georges, lecapSudde laBaiedestroisîles, lapointeRiche, cellede Férol&clecapNormand.IIyaplusieursde cespointsoi ; l’onaobservélahauteur ; telsfont, outreceuxqu’onadéjàcités, lecapàl’Anguille, lapointeRiche&lapointedeFérol.(Voyezle PiloteAngloisdeTerre-Neuve).IIaétéplus faciledefigurercettecôtequel’orientale : oa ajointauxcartesquicontiennentcetteîle, au commencementdecetarticle, lacôtedepuis lecapdeRayejusqu’àlapointeRiche, par M.SiboulesdeSaint-Jean-Pied-de-Port, carte fortbienconstruite, ôcqueM.Bellinafuivie ; onavoitencoreleNorddeTerre-Neuve, par M.delaRichardière ; cesdeuxcartesfontmanuscrites.

OnestinforméquedelapointedeFéroljusqu’aucapdelacôtedel’Est, situéà50030ou 35’delatitude, ilya36lieues : lesEskimaux, dansleurschassespendantl’été, enontparcouru plusieursfoisl’espace.Cepaysestboisédepins& dechênes, ilyaaussideslandes ; furunterrein aussiagreste, ondoitretrancherlacinquième partiedeladistance, quideviendraenligne droitede28lieuesf : cefontprobablement deslieuesdesenvironsdeParis ; parcequec’est d’unMissionnairequirésidoitencettevillequ’on tientcefait ; cettedistanceseroitde5760CJ toises, oud’environundegréduMéridien. .§•IV.

LeCanada, N°.120.

Onadéterminéci-devantquelquespointsdans lapartieméridionaledecepays ; onenchaîaera Generatedon2014-03-2514 : 49GMT/http : //hdl.handle.net/2027/ucm.5320294282PublicDomain, -digitized/http : //www.hathitrust.org/access_use#pd-google DE S CARTES.

IOJ

~o’, 4, oudef1’, ~ ; oude56’, o ; doncle bourg Saint— Pierre étant par 58° 3 t’, 2. de longitude, & le cap de Ra1.e par 55° 35’, 7, le Nord de l’île Kerpon fera par

5go JI l. l.o39’’0 = Ho p. 2.

~831’1-l. : u’l.= 5609.o.

55 35’7+l. 50’3=562.6’o.

H H, 7+ : 1. 50, 4 ::::; ::s6 : z.6, I. 5s35, 1+ : z. 51, ,. =z s6 2.6, 9·

55 35·7+2. s6, o= s6 3 1 ·7·

Milieu ••••• 56° : z.6’, o.

Mais les angles de pofitions, tant généraux que particuliers du nord de l’île Kerpon par rapport à la ville de Saint-Jean, & à l’égard du cap de Raye, ont paru exiger qu’on augmentât ceue longitude d’t’, 2. ; c’efi le maximum qu’on peut tirer des longitudes précédentes. Il efr affez fingulier que, du cap de Raze jufqu’au n ? rd de l’île Kerpon, il n’y ait que t8’, 5 en longttude, felon M. Bellin, & qu’il y ait 1° 46’, 7, felon I : s cartes du Pilote Anglais de Terre-Neuve, tand1s ’lu’on y trouve ici 5 r’, 5 ; qu’entre le cap de Raye & le nord de l’île Kerpon, il n’y ait que 141’, 7, felon M. Popple, & 339’, o, felon M. Bellin, tandis qu’on y trouve ici 196’, 3 ; qu’entre le bourg de l’ile Saint-Pierre & le nord de l’île Kerpon, il n’y ai~ que 35’,.~elon I.e Pilote Anglois de Terre-Neuve, & qu 1l y a1t 161’, felon M. Bellin : on y a trouvé ici 11-4’. On croit que les cartes du pilote Anglais de Terre-Neuve font la côte méridionale de cette îf~troplongue, danslaraifonde 12.à 11 ; ona phdieurs exemp’es de ces excès, entre autres fur les côtes feptentrionales d’Efpagne, du Neptune François, levées en 1691, par MM. Minet & de Gènes, & rédigées par M. de Chazelles, de l’Académie Royale des Sciences, Ingénieur de la Marine ; les originaux lui en ont paru exaélement levés & recherchés en détail. Pour la longitude, on y trouve, entre B.tyonne-& le cap Fin ill ère, 9° 15’. (Obfervation fur la carte du G. de Gaf< : ogne, par M. Bellin, 1750) : or, il n’y a certainement que 7° so’en longitude, de Bayonne aucapFinillère, &9° 1~· : 7°50’::111 : 94, ou à très-peu près, cCJmme 13 efr à 1 1. Cette carte efr dun très-ample dJtail, qui, lorfqu’on veut l’exprimer, ain fi que l’obferve M ; Bellin, je.tte infentiblement dans une etl : ime plus confidérable, des dillances ; on ne peut s’en garantir ·’lu’en prenant des points fixçs ; fi pour 1 ~ ~ieue$ D1g 1ze b

MM. Minet & de Gènes en ont compté 13, les Ingénieurs qui ont levé la côte méridionale de Terre-Neuve, ne pourraient-ils pas, en pareilles circonllances, pour II lieues en avoir compté 1 : 1. ? On indiquera feulement les autres points qu’on a arrêtés fur cette île, fans entrer dans le détail que leur détermination a exigé ; leur pofition dépend de procédés analogues à ceux qu’on a vu. Ces points, fur la côte orientale, en s’appuyant fur la ville de Saint-Jean d’une part, & de l’autre fur le nord de l’île Kerpon, {ont le cap Saint-François, Break-Heart, le cap Bona villa, le cap Fréels, la pointe de Fogue, non dans l’île de ce nom, mais dans celle de Terre-Neuve, le cap Saint-Jctan, & le Nord de l’île de Grouais. Sur la côte du Nord-ouefr, en fe fondant fur le cap de Raye & fur le Nord de l’île Kerpon, ces endroits font, l’île Codroi, le cap à l’Anguille, le cap Saint-Georges, le cap Sud de la Baie des trois îles, la pointe Riche, celle de Férol & le cap Normand. Il y a plufieurs de ces points ot : l’on a obfervé la hauteur ; tels font, outre ceux qu’on a déjà cités, le cap à l’Anguille, la pointe Riche & la pointe de Férol. (Voyez le Pilote Anglais de Terre-Neuve). Il a été plus facile de figurer cette côte que l’orientale : on a joint aux cartes qui contiennent cette île, au commencement de cet article, la côte depuis le cap de Raye jufqu’à la pointe Riche, par M. Siboules de Saint-Jean-Pied-de-Port, carte fort bien conllruite, & que M. Bellin a fuivie ; on avait encore le Nord de Terre-Neuve, par M. de la Richardière ; ces deux cartes font manu(~ crites.

On ell informé que de la pointe de Férol juf· qu’au cap de la côte.de l’Efi, ûtué à 50° 30 ou 35’de latitude, il y a 36 lieues : les Eskimaux, dans leurs chaffes pendant l’été, en ont parcouru plufieurs fois l’efpace.Cepaysefrboifé de pins & de chênes, il y a auffi des landes ; fur un terre in auffi agrefre, on doit retrancher la cinquième partie de la diftance, qwi deviendra en ligne droite de : z.8 lieues t : ce font probablement des lieues des environs de Paris ; parce que c’dt d’un Miffionnaire qui réfidoit en cette ville qu’on tient ce fait ; cette ditl : ance feroit de p6oQ toues, ou d’environ un degré du Mérid.&en. §. 1v.

Le Canada, N°. no.

On a déterminé ci-devant quelques points dans la partie mér~dionale.de çc pays ; on enchaîaera Original from

UNIVERSIDAD CO PLUTENSE

DE ADRID