Page:Encyclopédie méthodique - Mathématique, T01.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
xxv
PRÉLIMINAIRE

parent, lorsqu’il lui dit qu’avec un levier & un point fixe dans le ciel, il souleveroit le globe de la terre. Cette proposition n’est cependant qu’une suite évidente de l’équilibre du levier, puisqu’en augmentant l’un des bras du levier, & appliquant toujours le même poids à son extrémité, le poids appliqué à l’autre bras qui ne change point, doit augmenter en même rapport que le bras variable.

Si Archimède n’eût été que le premier Géomètre de son siècle ; il auroit pu, avec ce grand titre de gloire, vivre & mourir dans l’obscurité : il s’attira la plus haute considération par ses machines. Ainsi juge le vulgaire. Peut-il en effet apprécier les spéculations du génie, & ne doit-il pas réserver son hommage pour celui qui étale à ses sens & à son imagination les effets physiques les plus inouis & les plus imposans ? Archimède étoit bien éloigné de penser de même. On verra sans doute avec plaisir ce que Plutarque dit à ce sujet, dans la vie de Marcellus. Après avoir raconté qu’au siège de Siracuse, un Ingénieur romain, nommé Appius, faisoit jouer plusieurs grosses machines pour détruire les murs de la ville ; il s’exprime ainsi suivant la traduction d’Amiot : « Archimède ne se soucioit pas de tout cela, comme aussi n’étoit-ce rien en comparaison des engins qu’il avoit inventés, non que lui en fît autrement cas ni compte, ni qu’il les eût faits comme des chefs-d’œuvre pour montrer son esprit : car c’étoient, pour la plupart, jeux de la Géométrie, qu’il avoit faits en s’ébattant par manière de passe-tems, à l’insistance du Roi Hieron, lequel l’avoit prié de révoquer un peu la Géométrie de la spéculation des choses intellectuelles à l’action des corporelles & sensibles, & faire que la raison démonstrative fût un peu plus évidente & plus facile à comprendre au commun du peuple, en la mettant par expérience matérielle à l’utilité publique. » À la suite de ce passage, Plutarque fait l’histoire du long retardement que les machines d’Archimède mirent à la prise de Siracuse : « Et néanmoins, poursuit-il, Archimède a eu le cœur si haut & l’entendement si profond, & où il y avoit un trésor caché de tant d’inventions géométriques, qu’il ne daigna jamais laisser par écrit aucun œuvre de dresser toutes les machines de ce genre, par lesquelles il acquit lors gloire & renommée, non de science humaine, mais plutôt de divine sapience : ains réputant toute cette science d’inventer & composer machines, & généralement tout art qui apporte quelque utilité à le mettre en usage, vile, basse, & mercenaire, il employa son esprit & son étude à écrire seulement choses dont la beauté & la sublimité ne fût aucunement mêlée de nécessité. Car ce qu’il a écrit sont pro-