Page:Encyclopédie méthodique - Mathématique, T01.djvu/37

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
xxviij
DISCOURS

An. de J. C. 100. gairement sous le nom de Frontin, a eu quelques notions théoriques du mouvement des fluides. Sa qualité d’Inspecteur des fontaines publiques à Rome, sous les Empereurs Nerva & Trajan, nous a valu son livre de Aquæductibus rubis Romœ Commentaires, dont l’objet est le mouvement des eaux qui coulent dans des canaux ou qui s’échappent par des orifices, des vases où elles sont contenues. Il a vu que le produit d’un ajutage donné est d’autant plus grand, que cet ajutage répond à une plus grande hauteur du fluide : considération très-simple & cependant négligée encore par quelque fontainiers modernes ; il a senti pareillement qu’un tuyau destiné à dériver en partie l’eau d’un aqueduc, doit avoir, selon les circonstances, une position plus ou moins oblique par rapport au cours du fluide ; il fait plusieurs autres observations vraies sur cette matière ; mais on ne trouve d’ailleurs aucune précision géométrique dans ses résultats ; il n’a point connu la vraie loi des vîtesses, relativement aux hauteurs des réservoirs.

On croit que la découverte des moulins à eau est de la fin du VIe siècle ; mais on employoit au hasard l’effort de l’eau, & on étoit très-éloigné de pouvoir l’évaluer avec une certaine exactitude.

optique. Il paroît que l’école Platonicienne a connu les premiers principes de l’Optique, c’est-à-dire, la propagation de la lumière en ligne droite, & l’égalité des angles d’incidence & de réflexion. On ne doit pas s’arrêter aux explications physiques que les anciens, & Aristote en particulier, ont données des phénomènes de la vîsion : on y trouveroit l’abus des qualités occultes porté à l’excès.

La connoissance des verres ardens est même antérieure au tems que je viens d’indiquer. En voici la preuve tirée de la première scène du second acte des Nuées d’Aristophane : c’est un dialogue entre An av. J. C. 444. Socrate & Strepsiade, vieillard fort grossier & fort stupide, qui a trouvé, dit il, un moyen de ne point payer ses dettes : Strep}. As-tu vu chez les Droguistes cette belle pierre transparente avec quoi on allume du feu ? Soc. N’est-ce pas du verre que tu veux dire ? Strep. Justement. Soc. Eh-bien ! qu’est-ce que tu en feras ? Strep. Quand on me donnera une assignation, je prendrai cette pierre-là, &, me mettant au soleil, je ferai fondre de loin toute l’écriture de l’assignation. Cette écriture étoit tracée sur de la cire, qui couvroit une matière plus solide. L’effet dont parle Strepsiade pouvoit être opéré par réfraction ou par réflexion ; mais les principes de l’Optique font voir d’abord qu’un miroir concave, par refraction, & un miroir convexe, par réflexion, n’ont pas ici la propriété convenable. En pré-