Page:Eugène Le Roy - Jacquou le Croquant.djvu/65

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


s’orientait, et prenait sans se tromper la bonne direction. Cependant il nous dit qu’il n’avait pas été à la tuilière depuis une dizaine d’années de ça. Mais nous autres paysans, habitués à voyager de jour et de nuit dans des pays sans chemins, nous nous reconnaissons bien partout où nous avons passé une fois.

Il y en a d’aucuns peut-être qui seraient curieux de savoir pourquoi je dis toujours : « l’homme de la Mïon ». Voici : c’est que je ne l’ai jamais ouï nommer autrement chez nous. Je crois bien que sa femme l’appelait Pierre, mais, comme c’était elle qui portait culottes, tout le monde disait « l’homme de la Mïon ».

Sur les deux heures, après avoir traversé un taillis, la charrette déboucha dans une grande clairière entourée de bois. Au milieu, était la tuilière ou ce qui en restait. De loin, c’étaient des toitures à moitié écrasées, noircies par le temps, mais, de près, c’était un amas de ruines. Les hangars effondrés montraient encore quelques piliers de bois à demi pourris, supportant une partie de charpente où se voyaient quelques restes de la couverture de tuiles, à côté d’autres parties où les lattes brisées l’avaient laissé s’affaisser. Le four où l’on cuisait la brique et la tuile s’était écroulé, et, sur ses ruines, des érables poussaient des jets robustes. La maison n’était pas tout à fait en aussi mauvais état, mais de guère ne s’en fallait. Elle était bâtie en bois, en briques et en torchis ; le tout maçonné