Page:Féval - Le Bossu (1857) vol 4-6.djvu/229

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
7
LE BOSSU.

Les mères étaient blanches, les filles jaunes ; les petites-filles devaient être bleues : couleur du ciel, du lointain, de l’espoir et des rêves !

Il y a, quoi qu’on en dise, une large et profonde poésie dans un registre à souche !

En général, les boutiques qui faisaient le coin des rues baraquées étaient des débits de boissons dont les maîtres vendaient le ratafia d’une main et jouaient de l’autre. On buvait beaucoup : cela met de l’entrain dans les transactions. — À chaque instant, on voyait les spéculateurs heureux porter rasade aux gardes-françaises, postés en sentinelles aux avenues principales.

Ces tours de faction étaient très recherchés. Cela valait une campagne aux Porcherons.

Incessamment, des portefaix et voituriers à bras amenaient des masses de marchandises qu’on entassait dans les cases ou au dehors, au beau milieu de la voie. Les ports étaient payés un prix fou. Une seule chose, de nos jours, peut donner l’idée du tarif de la rue Quincampoix, c’est le tarif de San-Francisco, la ville du golden-fever, où les malades de cette fièvre d’or payaient, dit-on, deux dollars pour faire cirer leurs bottes.

La rue Quincampoix avait du reste d’éton-