Page:Féval - Le Bossu (1857) vol 4-6.djvu/583

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
137
LE BOSSU.

celle où nous étions cette nuit… Ai-je rêvé ?… ai-je vu ma mère ?…

— Tu as vu ta mère, répondit dona Cruz.

La princesse, qui s’était reculée jusqu’à l’autel de deuil, avait des larmes de joie plein les yeux. — C’était à elle la première pensée de sa fille !

Sa fille n’avait pas encore parlé de lui ! Tout son cœur monta vers Dieu pour rendre grâces.

— Mais pourquoi suis-je brisée ainsi ? demanda Aurore ; chaque mouvement que je fais me blesse et mon souffle déchire ma poitrine… À Madrid, au couvent de l’Incarnation, après une grande maladie, quand la fièvre et le délire me quittèrent, je me souviens que j’étais ainsi… j’avais la tête vide… et je ne sais quel poids sur le cœur… chaque fois que j’essayais de penser, mes yeux éblouis voyaient du feu et ma pauvre tête semblait prête à se briser…

— Tu as eu la fièvre, répondit dona Cruz ; tu as été bien malade.

Son regard allait vers la princesse comme pour lui dire : C’est à vous de parler ; venez.

La princesse restait à sa place, timide, les mains jointes, adorant de loin.

— Je ne sais comment dire cela, murmura Aurore ; c’est comme un poids qui écrase ma pensée… Je suis sans cesse sur le point de