Page:Fauche - Le Mahâbhârata, tome 1.djvu/508

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


sur la naissance de Douççalâ : dis-moi, Indra des rois, que ferai-je encore pour ton plaisir ? » 4539.

Djanamédjaya reprit :

« Dis-moi, suivant leur succession, individu par individu, les noms des fils aînés et puinés de Dhritarâshtra.

Vaîçampâyana répondit :

« Douryodhana, le prince Youyoutsou et Douççâsana, Doussaha, Souççala, Djalasandha, Sama, Saha, 4540-454 !

Vindânou et Vinda, Dourdharsha, Soubâhou, Douspradharshana, Dourmarshana et Dourmoukha, Doushkarna et Karna lui-même, 4542.

Vivinçati, Vikaima, Çala, Sattwa, Soulotchana, Tchitra et Oupatchitra, Tchitrâksha à l’arc merveilleusement beau, 4543.

Dourmada et Dourvigâha, Vivitsou au charmant visage, Oûrnanâbha, Sounâbha, Nanda et Oupanandaka, 4544.

Tchitravâna, Tchitravarman et Souvarman, Dourrimotchana, Ayobâhou, Mahâbâhou, Tchitrânga et Tchitrakoundala, 4545.

Bhîmavéga, Bhîmavala, Valâkî et Balavarddhana, Ougrâyoudha, Soushéna, qui portait l’aiguière de l’étudiant [1], et Mahodara, 4546.

Tcbitrayoudha, Nishangî et Pâçî, et Vrindâraka, Drithavarman, Drithakshattra, Somakirtti et Anoûdara,

Drithasandha, Djarâsandha et Satyasandha, Sada et Souvâk, Ougraçravas, Ougraséna, Sénâni, difficile à vaincre, 4647-4548.

  1. Koundadhara se trouvant deux fois dans l’énumération, il faut absolument traduire ici ou là par un qualificatif.