Page:Fauche - Le Mahâbhârata, tome 2.djvu/274

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
262
LE MAHA-BHARATA.

« Qu’est-ce donc ? Ton âme est troublée par l’amour. 7921.

» Cette jeune fille, ma sœur, est aussi la sœur germaine de Sârana ; elle est la fille née de mon père ; son nom, s’il te plaît, est Soubhadrâ. 7922.

» Si tu veux, je parlerai à son père. » Arjouna répondit : « Fille de Vasoudéva et sœur du Vasoudévide, quel être la beauté, dont elle est douée, ne rendrait-elle pas fou d’amour ? 7923.

» Si la fille de Vrishni, ta sœur, devient mon épouse, cette union fera, il est certain, mon bonheur entièrement.

» Quel serait le moyen de l’obtenir ? Dis-le-moi, Djanârddana : je ferai alors pour cela tout ce qu’un homme peut faire. » 7924-7925.

« Le swayamvara est le mariage des kshatryas, taureau du troupeau des hommes, reprit le Vasoudévide. Mais il est douteux ici, fils de Prithâ, car aucun signe ne dénote quel époux elle se propose de choisir. 7926.

» Le rapt de vive force est la gloire des kshatryas : c’est la cause du mariage des héros, disent les hommes, qui savent les devoirs. 7927.

» Enlève, Arjouna, ma noble sœur à force ouverte ; enlève-la dans son swayamvara ; on ne sait pas, en effet, ce qu’elle a envie de faire. » 7928.

Ensuite Arjouna et Krishna ayant décidé qu’il fallait agir de cette manière, différents hommes à la course rapide furent expédiés par eux à Indraprastha, où résidait Youddhishthira ; et le Pândouide aux longs bras, informé de tout, approuva ce dessein. 7929-7930.

Cette ouverture étant agréée, Dhanandjaya apprit, Djanamédjaya, que la jeune fille s’en était allée au mont Raîvata. 7931.