Page:Fauche - Le Mahâbhârata, tome 2.djvu/291

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
269
ADI-PARVA.

Ici, elles retenaient une compagne ; là, elles se battaient : ailleurs, elles délibéraient de choses secrètes, les unes avec les autres. 8074.

Tout, palais et bois d’une riche abondance, était rempli entièrement du son ravissant des tambours, des luths et des flûtes. 8075.

Tandis que ces scènes se déroulaient, les deux rejetons de Dâçârha et de Kourou s’en allèrent à certain lieu peu éloigné et du plus ravissant aspect. 8076.

Arrivés là, sire, ces magnanimes Krishnas, conquérants des villes ennemies, s’assirent tous deux sur des sièges du plus haut prix. 8077.

Là, Pârtha et Mâdhava s’amusèrent à conter beaucoup d’histoires, les unes des temps primitifs, les autres d’une époque plus récente. 8078.

Alors qu’ils étaient assis là joyeux, comme les deux Açwins sur la voûte du ciel, un brahme s’avança vers Dhanandjaya et le Vasoudévide. 8079.

Il ressemblait à un majestueux shorée, son éclat était celui de l’or passé au feu, sa barbe flamboyante était d’un jaune passant au noir, sa taille égalait en longueur un pramâna ( ?). 8080.

Il portait le vêtement d’écorce et le djatâ des anachorètes, son visage avait la teinte des pétales du lotus rouge, il semblait avec sa carnation dorée le soleil adolescent et flamboyait d’une splendeur en quelque sorte naturelle. 8081.

Tandis qu’il s’approche, éclatant de lumière, Krishna le Vasoudévide et Dhanandjaya se hâtent de marcher à la rencontre du brahme sublime et se tiennent debout en sa présence. 8082.