Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/137

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LE FANTOME DE LA ROCHE. 129 — A ton bon voyage, Martial. — Merci, capitaine, merci : ne craignez rien, serais-je au fond du purgatoire je reviendrais vous payer.