Page:Fayol, Henri - Administration industrielle et générale, 1917.djvu/158

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


nécessaires ; le service de sécurité assure la protection des biens et des personnes ; toutes les opérations s’effectuent avec ordre et sûreté.

b) Dans chaque service, les divisions et subdivisions sont exactement renseignées sur la part qu’elles ont à prendre dans l’œuvre commune et sur l’aide mutuelle qu’elles doivent se prêter.

c) Le programme de marche des divers services et des subdivisions de chaque service est constamment tenu en harmonie avec les circonstances.

Un tel résultat exige une direction intelligente, expérimentée et active.

11 faut croire que ces trois conditions ne sont pas toujours remplies car on peut observer dans certaines entreprises les signes suivants d’une incontestable incoordination : d) Chaque service ignore et veut ignorer les autres. Il marche comme s’il était à lui-même son but et sa raison d’être, sans s’inquiéter ni des services voisins, ni de l’ensemble de l’entreprise.

e) La cloison étanche existe entre les divisions et les bureaux d’un même service comme entre les différents services. La grande préoccupation de chacun est de mettre sa responsabilité personnelle à l’abri derrière un papier, ordre ou circulaire.

/) Personne ne pense à l’intérêt général. L’initiative et le dévouement sont absents.

Cette disposition du personnel, désastreuse pour l’entreprise, n’est pas le résultat d’une volonté préalablement concertée. 11 est l’aboutissement d’une coordination nulle ou insuffisante.

Un bon personnel ne tarde pas à faiblir s’il n’est constamment rappelé à ses obligations envers l’entreprise et envers tous les membres du corps social.