Page:Feron - Le manchot de Frontenac, 1926.djvu/60

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
58
LE MANCHOT DE FRONTENAC

dence d’abandonner sa bicoque misérable pour entrer dans un palais… mais un palais de verre qui tout à coup éclata ! Tout s’effronda soudain ! Le tableau étincelant s’obscurcit, la lumière disparut, et il sembla à Maître Turcot qu’il s’enfonçait avec une rapidité vertigineuse dans un gouffre inouï de douleurs, d’abjections et d’ignominies ! Tout à coup, comme par un choc d’éclair, il était renversé du trône éblouissant sur lequel il s’était haussé, et jeté sur un pavé raboteux et sale. Et il n’avait fallu que d’une seconde pour faire de tout un monde de gloire et de joies, un monde d’abjections et de souffrances ! Lui, hier, père heureux, se vit tout à coup sans fille ! Lui, hier respecté et salué, se vit un être vil et méprisé, pourchassé, traqué comme un bandit, comme un démon hideux ! Lui, hier si sain, si vigoureux, si fort, n’était plus aujourd’hui qu’une lèpre pantelante ! Ah ! misère ! Et dire et penser qu’il n’avait suffi que d’un simple farfadet, un gnome, un enfant… oui, mais un enfant terrible qui de sa petite main, de son jeune souffle avait soufflé et abattu le colosse terrible, le géant inexpugnable ! Ce n’était pas possible ! Et pourtant… c’était vrai ! C’était si vrai qu’il se sentait en devenir fou !

Ah ! oui, que trop vrai ! Car Maître Turcot retrouvait tout son souvenir, toute sa mémoire… atroce mémoire, mémoire tyrannique qui réjouit lorsqu’on récolte les fleurs qu’on a semées, ou qui martèle et tue lorsqu’on ne retrouve sur ses pas que les détritus tombés de nos vices ! Maître Turcot subissait la torture de la mémoire qui lui rappelait trop nettement le geste et les paroles de Monseigneur l’évêque, la nuit précédente ! Quel réveil, ce matin ! Que lui restait-il de tout ce passé riche en vanités, de tout cet avenir éblouissant qu’il avait escompté ? Rien… que la pire déchéance ! Ah ! jamais humain dans l’histoire des mondes et des puissants n’avait été si déchu ! Il semblait à Maître Turcot que la déchéance de l’Archange n’était pas comparable à la sienne. Hier, il avait tout possédé, aujourd’hui il avait tout perdu, il était tombé dans un néant hideux où, moribond, il agonisait ! Mais ne pourrait-il pas remonter ? Ah ! non… jamais ! Il y a des hommes qui remontent, parce qu’ils sont humains ! Mais lui Maître Turcot n’était plus humain ! L’avait-il jamais été ? Ah ! non, il ne pourrait remonter ! Il avait beau chercher, essayer de se ressaisir, de s’agripper à quelque espoir, il sentait tout lui échapper, et il constatait avec horreur qu’il ne lui restait plus rien, à peine le souffle de sa vie ! Plus rien ?…

À cette pensée, Maître Turcot se leva, frotta rudement ses yeux mouillés, fit tourner ses sanglots en grondements de lion, ravala une salive âcre, et vociféra avec un geste d’ultime défi :

— Il me reste ma vengeance !… Il me reste la peau de Cassoulet, et je l’aurai !…

Il ricana sourdement en retombant dans sa folie.

Il se promena un moment, indifférent en apparence au tocsin, aux bruits de la bataille dans les marais de Beauport, aux clameurs du peuple dans la ville. Il méditait. Son visage, tout à l’heure douloureux, retrouvait l’expression de la haine que couvait son cœur ; ses yeux qui, un moment, s’étaient noyés de larmes, roulaient de nouveau dans des flots de sang ; ses lèvres, qui avaient bu des larmes, rejetaient de la bave. Pourtant il se domina.

— Il faut du sang-froid ! se murmura-t-il.

Il venait de s’arrêter devant une armoire. Il la regarda ou avec crainte ou avec inquiétude. Il tira doucement les deux panneaux et l’ouvrit toute grande. Il croisa les bras et promena un regard amoureux et triste à la fois sur les objets qui se présentaient à sa vue troublée. C’était le manteau écarlate accroché avec le bicorne noir galonné d’or ! Et c’était la hallebarde, l’épée, la culotte de soie noire, les bas violets et les souliers d’argent ! Oui, c’étaient là les ornements de sa haute dignité dont il était maintenant déchu à tout jamais ! À présent et à l’avenir il ne pourrait plus s’en parer avec cette immense jouissance de l’orgueil satisfait ! Dorénavant il ne porterait plus que les oripeaux qui le couvraient comme le plus bas des hommes !

Un affreux soupir se dégagea de sa gorge encore endolorie par les blessures faites par la main de fer et les griffes d’acier de Cassoulet.

Il ferma l’armoire. Et, repris par ses pensées antérieures, il murmura :

— Rien que ma vengeance… rien que ma vengeance à présent !

Tout à coup le tocsin cessa de se faire entendre… tout à coup les bruits de bataille se turent… tout à coup un grand et solennel silence plana sous le ciel et sur la terre… tout à coup, encore, de joyeuses et vibrantes clameurs retentirent par toute la ville, des chants envahirent l’espace, des musiques éclatèrent…

Maître Turcot tressaillit, puis alla se vi-