Page:Ferrier - La Marocaine.pdf/22

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



FATIME.

N’approchez pas !


OTTOKAR.

À d’autres ! Assez marivaudé comme ça ! Tu es mon esclave… et j’ai tous les droits sur toi !


FATIME.

Oh ! tous…


OTTOKAR.

Tous… tous… absolument tous… comme tu dis ! et je te veux pour mon harem.


FATIME.

Jamais de la vie !… vous êtes trop laid !


OTTOKAR.

Prends garde !


FATIME.

Trop vieux !


OTTOKAR.

Prends garde ! prends garde !


FATIME.

Oh !


OTTOKAR, s’approchant d’elle.

Sais-tu ce que c’est que la violence ?


FATIME.

Parfaitement.


OTTOKAR, s’approchant toujours.

Eh bien ! alors…


FATIME, lui donnant un soufflet.

Eh bien ! alors, en voilà, de la violence !…