Page:Ferrier - La Marocaine.pdf/28

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


j’oubliais quelque chose de très important !… Puisque, décidément, tu as été victorieux, je te dois une récompense, et je veux te la donner éclatante !


OTTOKAR.

Un yatagan d’honneur ?


SOLIMAN.

Allons donc ! Tu en as eu un pour avoir été battu !


OTTOKAR.

Une gratification ?


SOLIMAN.

Je n’ai pas le sou ! mais écoute : Tu possèdes une fille.


OTTOKAR

Oui, sire, Attalide, une créature adorable !


SOLIMAN.

Eh bien ! que dirais-tu, ô mon grand vizir, si de cette adorable créature je faisais mon épouse ?


SÉLIM, à part.

Ciel !


OTTOKAR.

L’épouse de Votre Hautesse ? Ma fille, l’épouse…


SOLIMAN.

Oui, qu’en dirais-tu bien ?


OTTOKAR.

Ah ! vous êtes le meilleur, le plus magnanime, le plus étonnant des potentats !


SOLIMAN.

Eh bien ! je le suis ! C’est ainsi que je prétends honorer ta victoire !… Je suis résolu à épouser Attalide dès ce soir. Dans une demi-heure, j’enverrai Huzka, mon maître des cérémonies et le colonel de mes janissaires, mon fidèle Huzka, avec une escorte imposante chercher ma… ta… notre Attalide.