Page:Ferrier - La Marocaine.pdf/3

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LA MAROCAINE

ACTE PREMIER

Une cour du palais d’Ottokar. — Au fond, des jardins. — À gauche, un pavillon, avec porte au second plan. — À droite, un pavillon plus étroit, et de grands palmiers, où est suspendu un vélum qui s’étend sur toute la longueur du théâtre.



Scène PREMIÈRE

SÉLIM, puis ATTALIDE.



SÉLIM, chantant du dehors.
SÉRÉNADE.
I
––––––Aux baisers de la nuit sereine
––––––Les fleurs s’entr’ouvrent sans effroi !
––––––Ô toi, qui des fleurs es la reine,
––––––Ma bien-aimée, apparais-moi !

Il entre en scène.

II
––––––Pour lutter, dans l’azur sans voiles,
––––––Contre les astres que je voi,