Page:Ferrier - La Marocaine.pdf/37

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


––––« C’est une sultane comme on n’en vit guère,
––––» C’est une sultane comme on n’en vit pas !»
II
––––––Laissant d’ailleurs au grand vizir
––––––Le souci de la politique,
––––––Dans ma cour j’aurai pour tactique
––––––De faire régner le plaisir !
––––––Et l’histoire rendant hommage
––––––Au règne heureux qu’on vous promet,
––––––Dira plus tard qu’il fut l’image
––––––Du paradis de Mahomet !
–––––––––Car de mes sujets.
––––––––––––––Etc., etc.

HUZKA.
––Et maintenant partons !

OTTOKAR.
––Et maintenant partons ! Mettons-nous en chemin !
––Qu’on l’accompagne, amis, jusqu’à son palanquin !

Fatime est emmenée par les femmes.


CHŒUR.
––––––Sonnez, clairons, sonnez, cymbales,
––––––Tonnez, tamtams, roulez, tambours !
––––––Au bruit des marches triomphales
––––––Tonnez encor… roulez toujours !

ACHMED, bas à Ottokar.
––––––De Soliman crains la vengeance !

OTTOKAR.
––––––Pardi ! je suis dans de beaux draps !

SÉLIM.
––––––Croyez à ma reconnaissance !

OTTOKAR.
––––––Amour, amour, tu nous perdras !
––––––Quand tu nous tiens, adieu prudence !

LES TROIS AMOUREUX.
––––––Soyez béni, petit papa,
––––––Pour mériter votre indulgence,
––––––Chacun de nous vous aimera,
––––––Et Mahomet vous bénira !