Page:Ferrier - La Marocaine.pdf/43

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



SOLIMAN.

Oui !… Et savez-vous combien il a eu d’enfants, cet homme prodigieux ?


TOUTES.

Non !


SOLIMAN.

Dix-sept mille soixante-sept !… c’est de l’histoire, et tout ce que j’ai pu faire, moi, c’est d’arriver à avoir un neveu !


DEHLIA.

Dame !… vous êtes devenu si négligent !…


SOLIMAN.

Je suis devenu si négligent !… C’est vrai… j’ai tourné à l’indolence… Mais, si j’en crois la renommée, Attalide triomphera de cette indolence.


MYHZA.

Et vous l’attendez ?…


SOLIMAN.

D’un moment à l’autre ! Sélim va me l’amener, et je ne saurais trop vous recommander de lui faire bon accueil… entendez-vous ?… Pas de taquineries, pas de niches, pas de brimades !…


TOUTES, s’éloignant avec humeur.

Ah !…


SOLIMAN.

Toutes celles qui auront été bien gentilles seront invitées, ce soir, au raoût que je donne en l’honneur d’Attalide !


ROXANE, toutes se rapprochent.

Une fête ?


SOLIMAN.

Oui, mesdames, une fête à faire du bruit dans tout Maroc !