Page:Ferrier - La Marocaine.pdf/66

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



SOLIMAN.

Sans ça, pardi ! ce serait trop beau la position de pacha ! ça serait trop beau, s’il n’y avait pas Al-ca-za-ra.


FATIME.

Qu’est-ce que c’est que ça, Alcazara ?


HUZKA.

Eh ! bien, c’est une petite forteresse, à quelques milles en mer, où nous expédions nos pachas démissionnaires.


OTTOKAR.

Un excellent air…


ACHMED.

Une nourriture fortifiante…


SOLIMAN.

Le piquet… Le bezigue… Le wisth…


HUZKA.

Et pas de femmes !… On vit très-vieux à Al-ca-za-ra !


SOLIMAN.

Oui, mais pas de femmes !… J’aime mieux céder tout de suite, et aller expédier les questions qui sont sur le tapis ! et je vais les expédier, je ne vous dis que ça !…

ENSEMBLE.
–––––––––––Au divan,
–––––––––––Soliman !
–––––––––––Le divan
–––––––––––Est, en somme,
––––––––––Pour faire un somme
––––––––––Un lieu charmant !
–––––––––––Au divan,
–––––––––––Soliman !

SOLIMAN.
––––––Vexations du rang suprême
––––––Que j’héritai de mon aïeul,
––––––Avec la sultane que j’aime
––––––J’eusse tant aimé rester seul !