Page:Ferrier - La Marocaine.pdf/71

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ATTALIDE.
––––––Il fait bon déjà d’être deux,
––––––––––Alors qu’on s’aime,
––––––Mais trois est un nombre fâcheux
––––––––––Pour le troisième !
––––––Vienne au contraire un quatrième.
––––––––––Tout est au mieux !
––––––Pour les amours mystérieux,
––––––Quatre est le chiffre aimé des dieux !
REPRISE DE L’ENSEMBLE.
––––––––––Nous sommes quatre,
––––––––––––––Etc.

Scène XI

Les Mêmes, OTTOKAR, puis BUZKA.



OTTOKAR, entrant, à la cantonade.

Tenez-le bien ! Ne le lâchez pas !


FATIME, ATTALIDE et ACHMED.

Papa !


SÉLIM.

Le grand vizir !


OTTOKAR, au public.

Je l’ai flanqué de deux janissaires qui le tiennent chacun par un bras, et, de l’autre, il signe un tas de décrets !… Mais, mille millions de carabines ! qu’est-ce que je vois là ?


SÉLIM.

Je vais vous dire…


OTTOKAR.

Ah ! mon prince !… Quel tissu d’imprudences ! quel tissu ! Et vous croyez que je permettrai… ?