Page:Ferrier - La Marocaine.pdf/90

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



SÉLIM.

Toutes ces lenteurs sont insupportables !…


HUZKA.

Ah ! mais, si vous croyez que ça va tout seul, une conspiration… Quand il y a des accrocs, surtout… comme l’accroc de tantôt !… Des gens qui se disent Marocains, et qui ne sont pas Marocains !… Sans compter qu’il lui reste des amis, au pacha !… des amis qui ont des positions, et qui ne seraient pas jaloux de les perdre, leurs positions ! Il me faut encore une heure !


ACHMED.

Et jusque-là ?


HUZKA.

Jusque-là, obéissance passive à Soliman… feinte obéissance, mais passive !


ATTALIDE.

Mais pendant ce temps, mon pauvre père…


ACHMED.

Et ma pauvre Fatime…


SÉLIM.

Sur la paille humide des cachots !…


HUZKA.

Oh ! oh ! la paille humide !… Vous croyez encore à la paille humide, vous ? Eh ! bien, non, rassurez-vous ! mes hommes emmenaient les prisonniers dans les souterrains du palais !… Par une faveur qui ne se refuse pas aux condamnés, on s’est arrêté devant le buffet, qui avait été dressé pour la fête !…


SÉLIM.

Devant le buffet, je respire !


HUZKA.

Et je les ai laissés qui sou-