Page:Fiel - Autour d'un candidat, 1929.djvu/42

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
40
AUTOUR D’UN CANDIDAT

timents secrets, mais rien ne transparaissait dans leurs réponses.

Le concurrent faisait beaucoup de frais. Avait-il des chances ? On les supputait.

En général, le maire prétendait que celles de Gémy étaient plus certaines. Si par hasard il insinuait que le candidat des de Fèvres perdait du terrain, la châtelaine s’empressait de le réinviter afin de lui montrer son devoir et celui de ses administrés. Il repartait plein d’enthousiasme.

Mme Gémy, qui tenait beaucoup à être mère d’un député, passait par toutes les angoisses du monde. Elle admirait le calme de son fils qui s’était fait une raison : Élu il ferait son devoir, non élu, il se replongerait plus fermement dans sa carrière d’avocat.

Dans l’intimité, la mère harcelait son fils et lui donnait quelques directives. Elle se révélait dans son genre, aussi tenace et autoritaire que les trois autres dames dans leurs projets.

Trop absorbée à mesure que le jour du vote se rapprochait, elle fuyait ses amies. Elle ne pouvait suivre une conversation. Il arrivait cependant qu’elle ne pût s’échapper de quelque entretien. Mmes Lavaut et Lydin la recherchaient avec opiniâtreté, mais comme elles désiraient l’une et l’autre la voir seule, le but était plus difficile à atteindre.

Mme Lavaut cependant la découvrit dans un petit bois attenant au parc et dans lequel elle se croyait à l’abri de toute surprise.

Mme Lavaut ne put retenir une exclamation de joie en la voyant. Enfin, son charme enjôleur allait pouvoir s’exercer, et elle seconde-