Page:Fiel - Autour d'un candidat, 1929.djvu/96

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
94
AUTOUR D’UN CANDIDAT

— Consentez-vous à nous donner votre si sympathique enfant ?

— De tout mon cœur, si M. Marcel lui agrée…

Mme Lavaut, comme Mme Gémy, savait que cette dernière phrase n’était qu’une formule.

Elles se sourirent dans une bonne entente.

Elles se levèrent du banc où venait de se conclure une nouvelle union.

Une cloche tinta. C’était le signal pour la promenade. Bientôt, les touristes furent groupés dans les voitures. Les quatre mères étaient dans la même automobile et leurs visages exprimaient une joie semblable. Mme de Fèvres, qui était au courant de l’heureux résultat de la démarche de Mme Gémy, pensait :

— Je suis contente parce qu’elles le sont toutes… Au lieu d’un élu que je croyais avoir, j’en ai quatre !…

Quant à Jeanne la sainte, elle se disait :

— Ils ont choisi leur part et je garderai la mienne pour prier afin qu’ils soient toujours heureux.


FIN




1548-1929. — Imp. « Maison de la Bonne Presse », (S Ame), 5, rue Bayard, Paris-8e.