Page:Fiel - Le fils du banquier, 1931.djvu/52

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Quand il rentra, il essaya de reprendre l’aspect joyeux qu’il voulait conserver devant son père. Pour lui, pour lui éviter toute émotion, il voulait se dominer.

Il eut l’heureuse surprise de voir le P. Archime près de M. Manaut, ainsi que leur docteur.

Gérard fut heureux de lui serrer la main. Un bien-être envahit son cœur de voir là les fidèles amis si dévoués…

— Alors, Gérard, vous voici de retour… Cela a été un peu dur, je présume, mais vous imitez votre père, paraît-il : courage fi sérénité… C’est parfait… Des hommes tels que vous ont toujours leur revanche…

— J’y travaillerai !… s’écria M. Manaut…

— Je ne vous soigne que pour cela !… riposta le docteur en riant… Votre énergie vous a fait faire d’aiheurs des progrès étonnants… Ce sera moins long que je ne le prévoyais…

— Que je suis heureux ! murmura Gérard.

M. Manaut était transporté de joie.

— Que Dieu vous entende !… s’écria-t-il… Ah ! reprendre ma vie active, quelle douceur !… Savez-vous que je n’ai jamais été malade ?… Jamais arrêté ?…

— Eh ! eh !… Chacun son tour, mon ami… Mais je dois dire que pour un malade qui n’a pas l’habitude de l’être, vous êtes charmant…

— Ne le gâtez pas trop, intervint le P. Archime, sans quoi il Va devenir insupportable…

— Eh bien, je me sauve… dit le docteur.

Quand la porte se fut refermée sur lui, le religieux annonça :

— Je viens partager votre repas… j’ai apporté ma part… Une table était préparée avec le strict nécessaire et Gérard l’approcha de son père.

Un plat était au chaud sur le fourneau à gaz et le jeune homme alla le chercher. Il fit des prodiges pour accomplir, sans maladresses, ces besognes dont il n’avait pas le maniement.

Il pensa soudain à Denise et bénit le ciel que leur mariage n’eût pas été contracté. Que serait devenue la jeune fille dans Ce pauvre intérieur après la griserie du rêve ?

— Quel est le résultat de tes démarches, Gérard ? s’enquit le P. Archime.

— Jusqu’alors, je n’ai que des perspectives, et je ne me suis arrêté à aucune solution…

— Cela viendra… trancha le P. Archime qui sentait le jeune homme assez embarrassé.

— Ne perds pas trop de temps à réfléchir, mon fils, l’argent nous manquera bientôt… Ma réserve s’épuise… elle me provient de mon chronomètre… Je donne tous les jours une somme à la femme de journée…