Page:Fiel - Le roman de Colette, 1945.djvu/16

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 14 —

— Son fils ne nous a pas proposé d’aller la voir… c’est toi qui t’es avancée…

Quand, le soir, Colette fut dans sa chambre, il lui semblait qu’une meule tournait dans sa tête. Toutes ses pensées tournoyaient comme écrasées, réduites en poussière, et elle ne pouvait les rassembler.

La journée au grand air, la surprise de voir Jacques Balliat, l’enthousiasme de sa mère et les reproches de Marcelle, formaient un ensemble incohérent.

Autant elle eût été heureuse de la visite du jeune homme dans d’autres circonstances, c’est-à-dire, sans Marcelle à ses côtés, autant elle se tourmentait de ce qui allait survenir avec le caractère vindicatif de son amie.

Mais il était trop tard. Maintenant, elle portait le poids d’un cœur lourd, avec la crainte, peut-être sans raisons, de complications futures.

Ce lundi, elle partit plus tôt pour son travail, voulant allonger son trajet. Elle éprouvait le besoin d’un peu de calme. Elle entra aussi dans une église pour reprendre sa sérénité coutumière.

Elle en ressortit, l’âme allégée, et s’achemina rapidement vers son atelier de couture. Elle s’excusa de son retard, en voyant là, toutes les ouvrières réunies, y compris Marcelle.

Les deux jeunes filles ne se revirent que le soir, parce que Colette avait à terminer un travail avant midi, avec une autre ouvrière. Cela ne lui déplaisait pas d’ailleurs, de laisser Marcelle partir seule.

Le soir, elle appréhenda ce retour, mais à son grand soulagement, Marcelle fut aimable, presque gaie, et elle ne fit aucune allusion à l’incident de la veille. La confiance revint en Colette. Elle pensa que son amie avait eu une boutade, qu’elle s’en était repentie, et revenait à des sentiments plus amicaux.

Marcelle parla de la grande Léonie qui avait encore une fois, offert son cousin à tout l’atelier, mais à chacune en particulier.

— Tu comprends, nous avons vite su que chacune de nous était la privilégiée. Elle nous coinçait, soit dans un corridor, soit à la réserve ou au salon d’essayage pour nous souffler son histoire… Nous avons bien ri…

— C’est donc pour cela que je vous voyais avec une gaîté prête à éclater…

— Mais oui ! Elle n’a pas trouvé le moyen de te parler, mais elle m’a chargée de la commission…

— Tu la remercieras !

— Je n’y manquerai pas.