Page:Fierens-Gevaert, La renaissance septentrionale - 1905.djvu/127

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Berry, Pol et ses frères offrirent à deux reprises des « estraines » à leur maître, en 1410, un « livre contrefait » c’est-à-dire une « pièce de » bois paincte en semblance d’un livre à deux fermaux d’argent doré » et en 1414 « une petite salière d’agathe garnie d’or et de perles ». Pol mourut avant 1434. C’est son génie sans doute qui assura la gloire de l’association fraternelle, car l’inventaire de 1416 qui a révélé les enlumineurs du manuscrit de Chantilly, le désigne seul par son prénom.


Atelier de Haincelin de Haguenau
Une Garenne de Lapins
Ms français de la Bibl. nationale. Paris, fo 26

L’inventaire en effet mentionne une layette contenant « plusieurs cayers d’unes très riches » heures que foisoient Pol et ses frères, très richement historiez et en » luminez »[1] Ce chef-d’œuvre de la miniature septentrionale comprend deux séries d’illustrations appartenant chacune à une école différente. La première fut exécutée par Pol et ses frères avant l’année 1416 ; la seconde est postérieure à l’année 1480. Nous ne nous occuperons que de l’œuvre des trois maîtres flamands. Sans entrer dans le détail des quarante grandes compositions, des vingt-huit miniatures plus petites, des trois pages interrompues par la mort de Monseigneur de Berry et terminées dans

  1. De Laborde. Les ducs de Bourgogne, Preuves, I. 1er, introduction, p. CXXI.