Page:Fierens-Gevaert, La renaissance septentrionale - 1905.djvu/97

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Sluter ne s’appuie sur la réalité que pour la dépasser. J’ai lu dans je ne sais quelle brochure que tous les prophètes étaient des juifs dijonnais contemporains de Sluter, que Moïse était « un prêtre juif du XIVe siècle »,



Claes Sluter
Philippe le Hardi et saint Jean-Baptiste
Portail de l’église de la Chartreuse de Champmol


le sublime Jérémie « un marchand d’habits », David « le fils de quelque riche israélite venu en Europe pour se distraire un instant des voluptés d’Orient », Zacharie et Isaïe « des usuriers », Daniel « le type accompli du créancier impitoyable ». Et ce critique « psychologue » croyait faire l’éloge du sculpteur ! Un autre écrivain plus sérieux ne veut voir