Page:Figuier - Les Merveilles de la science, 1867 - 1891, Tome 5.djvu/141

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


T5- d141 - Fig. 125. — Théorie des machines à triple expansion.png
Fig. 125. — Théorie des machines à triple expansion.


dans le cylindre de détente finale (III).

Ce dispositif est né de la transformation des machines Compound simples en machines à triple expansion. En effet, en plaçant sur un des cylindres d’une machine Compound un autre cylindre, de diamètre plus faible que celui d’admission, on transforme facilement l’appareil. Le petit cylindre ajouté reçoit la vapeur de la chaudière, la renvoie au premier cylindre de la machine Compound, qui devient ainsi cylindre intermédiaire, et de là elle passe au cylindre de détente finale.

Quelquefois, le cylindre d’admission est placé au-dessus du troisième cylindre.

Ce dernier type a été appliqué par M. Normand sur le J.-B.-Say ; par M. Perkins sur l’Anthracite ; et par la Wallsend Slipway Company sur le steamer Isle of Dursey.

Le type B est celui qui se présente tout naturellement à l’esprit. Les trois cylindres, de diamètres différents, sont placés à la suite les uns des autres : c’est le dispositif adopté sur l’Aberdeen, l’Australasian et les trois paquebots Odxaca, Mexico et Tamaulias, comme sur le Portugal.

Le type C comporte deux cylindres d’admission, un cylindre intermédiaire et un cylindre de détente : c’est le type adopté par M. Normand sur le bateau à roues le Rapide.

Le type D a été employé par la Compagnie générale transatlantique, sur ses quatre derniers paquebots. Il se compose de trois groupes tandem. Le cylindre d’admission est placé au milieu et au-dessus. Les deux cylindres intermédiaires sont en avant et en arrière de celui-ci.

Les trois cylindres de détente finale sont placés sous chacun des trois précédents.

Chaque groupe tandem forme, en quelque sorte, une machine spéciale, avec son bâti et son condenseur ; le dispositif général est