Page:Figuier - Les Merveilles de la science, 1867 - 1891, Tome 5.djvu/146

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


homogène, sans soufflures, et exactement alésé. En haut et en bas, des soupapes d’échappement sont établies pour prévenir tout accident. Ces soupapes et les autres tiroirs de distribution sont placés à l’extérieur de l’enveloppe, pour faciliter la surveillance et le nettoyage. Des robinets de purge sont montés sur tous les cylindres, avec tuyaux pour conduire les eaux de condensation dans la cale ou dans le condenseur. Chaque cylindre porte, en outre, un indicateur de pression. L’ensemble est protégé par une enveloppe de feutre de poil avec revêtement en acajou poli.

Pistons. — Ils sont de même métal que les cylindres, coulés creux avec des renforts, et comportent deux anneaux métalliques.

Couvercles des cylindres. — Ils sont en fonte pleine, avec renforts sur la face extérieure. Les creux sont garnis de feutres avec revêtement d’acajou.

Tiroirs de distribution. — Les tiroirs des cylindres à haute et à moyenne pression sont à passage conique ; celui du cylindre à basse pression est à double passage.

Plaque de fondation. — Elle porte quatre paliers.

Condenseur à surface. — Il forme une partie du bâti, à l’arrière de la machine, et renferme des tubes horizontaux en laiton, de 18 millimètres de diamètre extérieur ; l’eau circule dans leur intérieur, tandis que la vapeur se condense à l’extérieur. Les plaques tubulaires sont en métal Muntz, de 18 millimètres d’épaisseur. Les tubes sont fixés par des garnitures en bois, et présentent une surface totale de refroidissement de 33 mètres carrés environ.

Pompe à air. — Elle est à simple action, commandée par des leviers articulés sur la tête de bielle du piston du milieu. Le corps de la pompe est en bronze à canon de 18 millimètres d’épaisseur, diamètre 304 millimètres, course 225 millimètres. Tous les organes en contact avec l’eau sont en bronze, ainsi que la tige de la pompe.

Pompe de circulation. — Elle est à double action et commandée comme la pompe à air. Le corps de la pompe est en bronze, de 8 millimètres d’épaisseur, diamètre 200 millimètres, course 225 millimètres. Tous les organes sont en laiton.

Pompe d’alimentation. — Il y en a une, à simple action, d’un diamètre de 72 millimètres, commandée par la tête de bielle de la pompe à air. Les plongeurs, soupapes et sièges de soupapes sont en laiton, avec soupape de sûreté et réservoir d’air.

Pompe de cale. — Il en existe une, semblable à la précédente.

Bâti. — Le bâti d’arrière qui porte les cylindres, est venu de fonte avec le condenseur. À l’avant se trouvent quatre colonnes en fer forgé ; des guides ménagés de fonte sur les montants du bâti, reçoivent les glissières des têtes de bielle.

Coussinets. — Tous les coussinets sont en bronze.

Tiges des pistons. — Elles sont en fer martelé, de 65 millimètres de diamètre, fixées aux pistons par des extrémités filetées, avec écrous sur la face supérieure des pistons. Les têtes de bielle sont forgées avec les tiges, et munies de glissières en bronze, de 304 millimètres de long sur 162 millimètres de large.

Bielles. — Elles sont en fer martelé de 1m,125 de long de centre en centre pour un diamètre minimum de 62 millimètres. Les fourches sont fixées par des broches en acier et les extrémités inférieures sont garnies de coussinets en bronze.

Commandes des organes. — Les tiroirs sont commandés par des excentriques en fonte, avec bagues en bronze, barres en fer forgé et tiges de tiroirs en acier ; ces dernières guidées à la partie supérieure. Le changement de marche est commandé par une roue et une vis à double pas.

Arbre à manivelles. — Il est en fer martelé de première qualité ou en acier : dia-