Page:Filiatreault - Contes, anecdotes et récits canadiens dans le langage du terroir, 1910.djvu/26

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ça r’part encore pour arriver plus haut, ce qui produit une soulévation du cœur, et rendu là, faut qu’la personne renvoille.

— Et comment appelez-vous cette maladie dans votre pays, dit ma femme imperturbable, une pince-sans-rire, je ne vous dis que cela ?

— J’vas vous dire, Madame, par cheux nous on parle pas dans les tarmes, vous savez ; on est pas ben, ben instruit. Icitte, en ville, comme je vous l’ai déjà dit, les docteurs ont inventé un nom qui fait peur pour faire d’l’argent à bon marché. Y’appellent ça l’appendicité, tandis que l’vrai nom ben connu par tout l’monde, c’est l’dévlourtement des tripes.


Un pauvre ouvrier se fait tuer à son travail vers sept heures et demie du matin. Il s’agissait d’avertir sa femme avec tous les ménagements possibles. On chargea de ce soin l’un de ses camarades qui se fit fort d’annoncer l’accident à la veuve avec toute la délicatesse voulue. Il se rendit incontinent chez elle et la trouva en frais de laver sa vaisselle.

— Ma chère dame, dit-il, j’ai une triste nouvelle à vous annoncer. Votre mari qui travaillait avec nous, est tombé du troisième étage d’une maison eu construction. Il s’est fracassé le crâne, il est mort raide. Les camarades vous l’apportent, et ils seront ici dans cinq minutes.

— Vrai ? Eh ben ! attendez ; j’vas finir de laver ma vaisselle et vous allez voir une femme qui braille.