Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 2.djvu/127

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE GUSTAVE FLAUBERT. 12.1 plaine liquide avec la montagne humide, ai tous les bouillons u’il voyait en idée, et quel tranquille A tohu-bohu cela faisait dans sa tete. Si tu veux avoir une bonne idee de Malte, -lis dans le livre de Maxime ce qu’il en dit; c’est fort . exact. Appelle toute ta reflexion sur la Calessina; seulement figure-toi dedans des mi_nes d'abbés du bon vieux temps, en culotte courte avec le cha- peau pointu et dans la compagnie cllune dame. Le matin du jour ou nous avons abordé l’Eg_vpte, je suis monte dans les hunes avec ler maître cle timonerie, et fai aperçu cette vieille Egypte. Le ciel, la mer, tout etait bleu. Le serail du vieux pacha se detachait en blanc a l horizon. Voila ce que a1 vu. En approchant de terre, du côté cles catacombes et des bains cle Cléo atre, nous distinguames u_n homme a pied avec cl)eux chameaux qu il poussait devant lui. Dans le port quelques Arabes assis, ` jambes croisees sur les pierres, pêchaient a la ligne de l’air le plus pacifique du monde. Nous avons passe a l’arriere cl’un etit brick portant ecrit le nom de Saint-Malo, et llbn alache les ancres. Toute une flottille de canots pleine cle portefaix, de clro - mans, cle cawas des consuls, s’est ruée autour de I nous; çla été un bon charivari de paquets, de gueu- lacles; on s'embarrassait dans les longues pipes , dans les cordages, dans les turbans; on jetait les malles cle par-dessus le bord dans les canots, le tout assai- , sonne cle coups cle trique sur les épaules des fel- lahs. ' A Alexandrie, des le soir de notre arrivee, nous avons vu une procession aux flambeaux : on fêtait la circoncision d'un enfant. Les fanaux cle resine eclairaient les rues sombres où la foule bigarree se