Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 2.djvu/159

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE GUSTAVE FLAUBERT. 1 5 ; 246. À LOUIS BOUILHET. Le Caire, I5j21IlVlCI‘ 1850. Ce matin à midi, cher et pauvre vieux, j’ai _ reçu ta bonne et longue lettre tant désirée ; elle m’a remue jusqu’aux entrailles. Comme je pense a toi, va, inestimable bougre ! combien de fois par jour je tîévoque et que jete regrette ! Si tu ` trouves que ie te manque, tu me manques aussi. En marchant le nez en l’air dans les rues, en re» gardant le ciel bleu, les moucharabis, les maisons et les minarets couverts d’oiseaux, je rêve à ta personne, comme toi dans ta petite chambre de la rue Beauvoisine, au coin de ton feu, pendant _ que la pluie coule sur tes vitres et que Huard est là. ll doit Faire froid a Rouen maintenant, de ce _ . vieux bougre de froid embêtant. On a les pattes mouillées et on s’ennuie en pensant au soleil. ‘ Quand nous nous reverrons, il aura passé beau- · 4 coup de jours, je veux dire beaucoup de choses. 1 ' Serons-nous toujours les mêmes ? N’y aura-t—il rien de Changé dans la communion.de nos êtres ? .l’ai trop d’orgueil de nous-mêmes pour ne pas le croire. Travaille toujours, reste ce que tu es. Continue ta dégoûtante et sublime façon de vivre, et ' puis nous verrons a faire résonner la peau de ces tambours que nous tendons si dru depuis longtemps. Je cherche partout a te rapporter quelque chose de chic. tlusqu’a présent je n’ai rien trouvé, si ce n’est ue fai coupé a Memphis deux t ou trois branches de palmier pour t’en faire des cannes. “