Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 2.djvu/278

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


. É ' ' · ' 272 CORRESPONDANCE · ' · nous avons Faites en voyage, et des meilleures! 5 C’est étonnant du reste comme on s’accroche vite. ' . N'importe, cela a son petit moment d’amertume, de quitter ainsi des sympathies toutes fraîches. Ce . pauvre garçon est tellement embêté de nous voir A partir qu’il va quitter l’hôtel quand nous n’y se- rons plus. Sais-tu de quel nom il m’appelle? Cest · comme Herbert; il m'appelle papa : «Voulez-vous "un cigare, papa? Allons, papa, venez », etc. · . Quand je saurai l’époque de ton départ, je l t'enverrai une liste d'objets que tu m'apporteras. ' Emmène une femme de chambre si tu le juges . nécessaire ou même commode. ljargent est bon, mais l’aise meilleure. Et l’aise, en voyage, c'est · tout. C’est la santé et la vie bien souvent. .l’attribue — notre bon état permanent au bon régime que nous avons suiviï, a notre sobriété et, pour lâcher le A mot, au confortable dont nous nous privions quand · il etait absent, mais que nous saisissions avec la même philosophie quand il se présentait. 275. À LOUIS BOUILHET. . A Athènes, 19 décembre 1850. 'Au Lazaret du Pirée. i .l°y suis depuis hier. Nous voila casernes au _ lazaret jusqu’à dimanche... Je lis de l'l·lérodote et du Thirlwallw. La pluie tombe ai verse, mais du moins il lait plus chaud qula Constantinople où, · ces jours derniers, la neige couvrait les maisons. (1) Historien et théologien anglais, publia en 1835 une Histoire de la Grêce ancienne , en 8 vol.