Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 2.djvu/356

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


3 SO _ CORRESPONDANCE . S. —— Sois sûre que quel est cet indzlgent est farce. Clest le mot (en soi) que jp blâme et non pas la tournure, l’1ntention. .le.le lame comme vilain. Pour tes morts, Il faut garder, a la fin, la tour- nure du present, parce que 4 ` · ` ` . .. et telle est la frayeur CD vain OI1 C CFC C UI} RUUC OSSO CHF Qu’ ` li l1 F y A est excellent. ` — e en resence e ue 'avais re ris, comme C’:tait p ' · d q j' p peu elegant en soi. Au reste mets-nous ces deux _ variantes en marge du manuscrit, sur la page _ blanche. Quant a présence, c’est une bien légère tache. u vois onc A ui ne e res e res ue us T d q ’ l t t p q pl rien à Faire. Mets-toi à l'/lcrojaoleul; il est temps, _ grandement temps} ` Tai passé un commencement de semaine allreux, . V mais depuis jeudi je vais mieux. .l'ai encore six à huit pages pour`etre arrivé à un point, après quoi je t’irai voir. Je pense que ce sera dans une quin- , zaine. B[ouill1et], je crois,,v1endra avec moi. Slll ne (écrit pas plus souvent, c’est qu’1l n’a rien à te dire- ou qu'il n'a pas le temps. Sais-tu, le pauvre _ diable, qu’il est occupé huit heures par jour à ses ' leçons; il a reçu l’autre jour d'Edma une lettre charmante. Je crois que la conjonction aura lieu à la premiere rencontre. ` .l’ai eté cinq jours à faire une page] la semaine derniere, et j’avais tout laisse pour cela, grec, an- · glais; je ne faisais que cela. Ce qui me tourmente A (1) L’Acr0pqle d’Atlzënes, poème de Louise Colet dans Ce·qu’0n ' rëvehen aimant, 1 vol. Librairie Nouvelle, -1854.