Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 2.djvu/434

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


4zS CORRESPONDANCE _ assez peu pour que l’on puisse les honorer. Pour avoir du talent, il faut étre convaincu qu'on _ ` en possede, et pour garder sa conscience pure, .la mettre au-dessus de celles de tous les autres. I Le moyen de vivre avec sérénité et au grand air,. c’est de se fixer sur une pyramide quelconque, . n’importe laquelle, pourvu qu'elle soit élevée et la base solide. Ah! ce n’est pas toujours amusant et l’on est tout seul; mais on se console en cra— chant d’en haut. Encore un mot relativement a ma mere. Sans _ nul doute qu’elle ne t'ait_reçue de son mieux, si ' vous vous fussiez rencontrées d’une façon ou d’une autre. Mais quant a en être jlattée (neprencls pas! ceci pour une brutalité gratuite), apprends qu’elle ` n’est flattée de rien, la bonne femme. Il est fort · difficile de lui plaire; elle a dans toutesa personne ie ne sai_s quoi d’imperturbable, cle glacial et de naïf qui vous démonte. Elle se passe de principes · ' encore plus aisément que diexpansions. Toute en constitution vertueuse, elle déclare impudemment —qu’elle ne Sait pas ce que clest que la vertu, et ne lui avoir iamais fait un sacrifice. · l Elle me disait ce soir que je m’aigrissais. Je tourne peut-étre en effet a la vieille fille. Tant pis; · la figure du Misanthrope est une des plus sottes I que l'on (puisse avoir. Oui, ie deviens vieux, ie ne suis pas u siecle, je me sens étranger au milieu de mes compatriotes tout autant- qu°en Nubie, et je commence sérieusement à admirer le prince Président qui ravale sous la semelle de ses bottes ‘ cette noble France. .l’irais même lui baiser le der- rière, pour l’en remercier personnellement, s’il n’y · avait une telle foule que la place estprise. —