Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 3.djvu/253

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


_ DE GUSTAVE FLAUBERT. 247 Tâpre-difficultés de style, mauvaistemps. Tout I ça, ainsi que ce que nous avons dit l’autre jour, m’embête. — · Adieu, cher vieux bon, à dimanche. · 40;. À LOUISE COLET. I [Croisset] Nuit de samedi, 1 h. [25-26 juin 1853]. Enfin, je viens de finir ma premiere partie (de . la seconde). .l’en suis au point que je m’étais fixé pour notre derniere entrevue à Mantes. Tu vois quels retards! J e passerai la semaine encore ai relire tout cela eta le recopier et, de demain en huit, ` je dégueulerai tout au sieur Bouilhet. Si ça marche, ce sera une grande inquiétude de moins et une bonne chose, ien réponds, car le fonds était bien tenu. Mais je pense pourtant que ce livre aura un grand défaut, ai savoir: le défaut de pro- . portion matérielle. .l'ai déjà deux cent soixante _ _ pages et qpi ne contiennent que des préparations d’action, es expositions plus ou moins éguisées de caractère (il est vrai qu’elles sont graduées), de pa sages, de lieux. Ma conclusion, qui sera le récit cle la mort de ma petite femme , son enterre- V ment et les tristesses du mari qui suivent`, aura ~ soixante pages au moins. Restent donc, pour le corps méme de Faction, cent vingt _a cent soixante. pages tout au plus. N’est-ce pas une grande défec- . tuosité ? Ce qui me rassure (médiocrement ce en- ` · dant), c'est que ce livre est une biographie plhtôt _ qu’une péripétie développée. Le drame y a peu ·