Page:Flaubert - L’Éducation sentimentale éd. Conard.djvu/686

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Page 115, ligne 8, Mais la lettre…

Page 118, ligne 4, commis du roulage…

Page 118, ligne 26, s’alla promener…

Page 119, ligne 1, Cependant un côté…

Page 119, ligne 15, Oudry s’endormit doucement…

Page 120, ligne 29, œuvre par une…

Page 121, ligne 26, abonnés. Mais Arnoux…

Page 122, ligne 10, personnelle ; car maintenant…

Page 122, ligne 17, seringats débordant les…

Page 123, ligne 6, remontait lestement vers…

Page 128, ligne 11, elle. Puis il…

Page 128, ligne 15, Melun. Alors par horreur…

Page 128, ligne 32, s’assit alors sur…

Page 132, ligne 19, Et comme…

Page 132, ligne 24, paroles qu’elle lui…

Page 134, ligne 5, il conta que…

Page 134, ligne 28, expliqué enfin par…

Page 135, ligne 7, mais le professeur…

Page 135, ligne 13, et n’entendait pas qu’on la tourmentât. Souvent elle portait une robe en lambeaux avec un pantalon garni de dentelles ; et, aux grandes fêtes, elle sortait…

Page 135, ligne 20, Elle vivait donc seule…

Page 136, ligne 17, Mais le lendemain…

Page 136, ligne 22, Sa première…

Page 136, ligne 25, colères, et on…

Page 137, ligne 10, en répétant : « Toujours…

Page 137, ligne 17, Mais bientôt…

Page 138, ligne 12, Mais à ce…

Page 138, ligne 22, Nogent ? Puis il…

Page 138, ligne 26, D’ailleurs Louise…

Page 139, ligne 28, toits étaient tout blancs…

Page 139, ligne 32, Alors il relut…

Page 140, ligne 32, Puis le soir…

Page 141, ligne 25, retenues ; et il…

Page 142, ligne 1, Cependant comme les deux…

Page 145, ligne 4, sentit un débordement d’ivresse…

Page 147, ligne 4, Mais le quai…

Page 148, ligne 31, femmes trottaient sous…