Page:Flaubert - Salammbô.djvu/218

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les capitaines inspectaient les vêtements, les chaussures ; on défendit même aux sentinelles l’usage du bouclier, car souvent elles l’appuyaient contre leur lance et s’endormaient debout ; ceux qui traînaient quelque bagage furent contraints de s’en défaire ; tout, à la mode romaine, devait être porté sur le dos. Par précaution contre les éléphants, Mâtho institua un corps de cavaliers cataphractes, où l’homme et le cheval disparaissaient sous une cuirasse en peau d’hippopotame hérissée de clous ; et pour protéger la corne des chevaux, on leur fit des bottines en tresse de sparterie.

Il fut interdit de piller les bourgs, de tyranniser les habitants de race non punique. Mais comme la contrée s’épuisait, Mâtho ordonna de distribuer les vivres par tête de soldat, sans s’inquiéter des femmes. D’abord ils les partagèrent avec elles. Faute de nourriture, beaucoup s’affaiblissaient. C’était une occasion incessante de querelles, d’invectives, plusieurs attirant les compagnes des autres par l’appât ou même la promesse de leur portion. Mâtho commanda de les chasser toutes, impitoyablement. Elles se réfugièrent dans le camp d’Autharite ; mais les Gauloises et les Libyennes, à force d’outrages, les contraignirent à s’en aller.

Enfin elles vinrent sous les murs de Carthage implorer la protection de Cérès et de Proserpine, car il y avait dans Byrsa un temple et des prêtres consacrés à ces déesses, en expiation des horreurs commises autrefois au siège de Syracuse. Les Syssites, alléguant leur droit d’épaves, réclamèrent les plus jeunes pour les vendre ; et des Carthagi-