Page:Flaubert - Salammbô.djvu/276

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mains de Salammbô une lance qu’elle offrit à Narr’Havas : on attacha leurs pouces l’un contre l’autre avec une lanière de bœuf, puis on leur versa du blé sur la tête ; et les grains qui tombaient autour d’eux sonnèrent comme de la grêle en rebondissant.