Page:Flaubert - Salammbô.djvu/431

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


de Carthage pendant la nuit *, et le jour commençait à peine à

(*) Page 196, § 2. Au coucher du soleil, l’armée sortit, etc.
poindre que, sans que personne s’en fût douté, le Malcar était franchi (*). Ce coup de génie étonnant encore, par son audace,
(*) Pages 196-197.
Carthaginois et Barbares (*), que déjà Hamilcar était dans la plaine
(*) Page 197, ligne 33. Ce tour de génie enthousiasma les soldats…
et marchait sur les Mercenaires qui gardaient le pont (*).
(*) Page 198, ligne 5. Les quinze mille autour du pont furent surpris de voir, etc.


LXXVI. À cette vue, Spendius avec ses soldats se porta contre Hamilcar (*), cependant que ceux qui gardaient la ville à

(*) Page 199, ligne 19. Spendius barbouilla ses joues, etc. et courut après sa troupe etc.
la tête du pont, au nombre de dix mille environ, et ceux qui venaient d’Utique au nombre de quinze mille, se joignaient à lui (*). Ils prirent à peine le temps d’opérer leur jonction (*) et,
(*) Page 199, ligne 22. Sa troupe qui se hâtait vers celle d’Utique.
(*) Page 199, ligne 24. Elles se rejoignirent toutes les deux si rapidement…
persuadés qu’ils avaient cerné Hamilcar, ils se consultèrent, s’encouragèrent et commencèrent l’attaque.

Lui, cependant, continuait à avancer : les éléphants venaient en tête, puis la cavalerie, puis les fantassins et en arrière-garde les soldats lourdement chargés (*). Et tout à coup, lorsqu’il vit les

(*) Page 199, ligne 26. Les éléphants s’arrêtèrent ; au fond de leurs intervalles, on distinguait les vélites ; plus loin, etc.
Barbares, emportés par leur élan, accourir sur lui, il commanda à toutes ses troupes de faire volte-face (*) ; les premières lignes se
(*) Page 200, § 3. Mais quand on fut à trois cents pas, etc,
replièrent précipitamment tandis qu’une conversion s’opérait à l’arrière-garde et portait peu a peu celle-ci en contact avec l’ennemi.

Les Africains et les Mercenaires, croyant que les Carthaginois se débandaient pour prendre la fuite, rompirent les rangs, se