Page:Flaubert - Salammbô.djvu/463

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Saturne, en airain, représentant le Dieu, les mains étendues et inclinées vers la terre, de manière que l’enfant qui y était placé roulait et allait tomber dans un brasier. »
Strigile. Sorte de racloir dont se servaient les baigneurs.
Strobus. Arbre odoriférant, dont les feuilles s’employaient en fumigations. Pline, XII, 40, 1.
Styrax. Résine extraite d’un arbuste de Sïlrie. Pline, XII, 40 et 55, préconise son emploi contre les humeurs froides. Cf. Salammbô, p. 132.
Suffete. L’administration civile de Carthage était confiée à deux magistrats, dont les attributions correspondaient à peu près à celles des consuls romains ; ils portaient le titre de suffètes.
Syntagme. Corps de troupe, et plus particulièrement carré de seize hommes de front sur seize de profondeur. Polybe, IX, 3.9 et XI, 23.1.
Syrtes. Les anciens appelaient Grande Syrte le golfe compris entre Tripoli et le plateau de Barca ; Petite Syrte le golfe actuel de Gabès.
Tacapé. Port situé dans le golfe de la petite Syrte, dépendant de Carthage. Actuellement Gabès.
Talent. Poids et somme de monnaie, chez les Hébreux. Valait 60 mines ou 3600 shekels.
Talents euboïques. Le talent euboïgue valait 6,000 drachmes ou 5,560 fr. 90. — Salambô, p. 6, I. 10: « les trois mille deux cents talents euboïques exigés par Lutatiusn ». Cf. Polybe. I, 62 : entre autres conditions, Caïus Lutatius, après sa victoire sur Hannon, aux îles Ægates, fit insérer dans e traité de paix que «les Carthaginois payeraient à Rome, dans un délai de vingt ans, deux mille deux cents talents d’argent euboïques ».
Taprobane (lle de). Ceylan. Strabon, I, 1944., 121, etc.
Tartessus. Ville d’Espagne, dans l’actuelle Andalousie.
Ténare. Cap Matapan.
Tendelet. Petite tente (un tendelet d’or ; p. 212).
Salammbô, p. 296 : «Enterrent en riant leurs morts sous des branches. » Strabon, Ill, 375, 376, 5.56, 73, — Diodore, III, 33 : « Ils ont une manière particulière d’enterrer leurs morts. Ils lient le cadavre avec des branches de paliurus, de façon que le cou soit attaché aux cuisses ; et ils lui lancent en riant de grosses pierres, jusqu’à ce que le cadavre