Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/209

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


f

DE LA BASSE-XORMAXDIE 183

se promener de ce côté, il demanda pour qui on élevait ce beau château, à qui appartenait cette belle propriété.

— A moi, monseigneur, dit le pau\Te.

— Qui aurait jamais cru que tu de\'iendrais si riche?

— Rappelez-vous ce que vous avez ordonné à vos domestiques de me faire.

— J'avais ordonné de te jeter à l'eau.

— Je suis allé où vous a%-iez ordonné de m' en- voyer, et je suis devenu riche.

— Vraiment? Je voudrais bien aller au même endroit.

— Il ne tient qu'à vous, monseigneur ; mettez- vous dans ce sac.

Le riche se mit dans le sac, on jeta le sac à l'eau et, depuis lors, on n'a jamais revu le riche.

Là-dessus, je bus une croûte, je mangeai une chopine et je m'en revins.

(Conté à Grèville par Jean Louis Durai.)

On trouve dans les Contes lorrains, recueillis par M. Cosquin, trois récits qui se rapprochent de celui-ci : René et son Seigneur {Romania, t. V, p. 357), Richedeau (Rûnuxnia, t. VI, p. 533),