Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/380

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


356 LITTÉRATURE ORALE

XI

LE MARCHAND DE VELOURS

Mon père m'a mariée

A un marchand de velours,

Li Ion la, mon capitaine.

M'entendez-vous !

La première nuit de nos noces, Au lieu d'être un amoureux,

Il ne fit que me parler

De ses vache's et de ses boeufs;

L'alouette chantait le jour. L'histoire durait encore.

Levez-vous, jeun' mariée, Levez-vous, car il est jour,

L'y a du monde à la boutique Qui demande du velours !

Au diable soit la boutique Et le marchand de velours !

Les chevaux de chez mon père Sont bien plus heureux que nous.