Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/42

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l8 LITTÉRATURE ORALE

on voyait un homme se tenir debout, une crosse d'évêque à la main, une mitre sur la tête, et une grande chape sur le dos; il ne marchait pas, il semblait glisser : à mesure qu'il approchait on s'aperçut qu'il était porté sur une rouelle de char- rue. C'était saint Germain-la-RoueUe. La mer était haute, le saint aborda en face du Trou Bali- gan, et marcha droit au serpent. Celui-ci recula et fit un mouvement pour rentrer dans son antre où sa queue était restée comme celle de certains mollusques lorsqu'ils sortent à demi de leurs coquilles. Le saint lui barra le passage, et lui porta un coup de sa crosse; l'animal se tordit à ce contact, fit quelques mouvements convulsifs, puis resta immobile et s'incrusta dans un bloc de granit, où on a pu le voir jusqu'au commencement du xixe siècle.

Après cet exploit saint Germain-la-RoueUe bénit la foule qui s'était rassemblée sur la falaise et se confondait en actions de grâce, puis il s'é- loigna sur sa rouelle comme il était venu, sans vouloir faire un plus long séjour dans le pays.

Mais les habitants ne l'ont pas oublié. Plusieurs paroisses portent son nom : un plus grand nombre sont placées sous son invocation. A Fia-