Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE LA BASSE-NORMANDIE 39

encore sa chambre. Mais il allait souvent dire sa messe à Biville et prêchait quelquefois en plusieurs endroits dans la même journée. Il empruntait alors un cheval à un fermier du voisinage. Un petit garçon qu'on envoyait après lui ramenait la bête. Le fermier n'osait refuser, mais ces fréquents emprunts le contrariaient. Un jour il eut l'idée de donner au saint personnage un poulain peu do- cile, persuadé que l'animal le jetterait par terre et que cela lui ôterait l'envie de renouveler ces em- prunts.

On amène le cheval rétif, le saint homme monte dessus. Le poulain se laisse faire et trotte docilement vers Biville. Arrivé là, Thomas remet le cheval au petit garçon et lui donne en même temps une houssine, dont il lui recommande bien de ne pas se dessaisir.

Le petit garçon monte à cheval, sa houssine à la main et trotte vers Vau\'ille, mais en chemin la houssine lui semble inutile ; et, soit par bravade, soit simplement pour s'amuser, il la lance par- dessus une haie. Il s'en repent : le poulain, n'en- tendant plus siffler la houssine, fait un brusque écart de côté, jette son cavalier à terre et fuit comme un trait jusqu'à son écurie ; le petit