Page:Fonson, Wicheler - Le Mariage de mademoiselle Beulemans, 1910.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ah !… Ah !… c’est bisquant… Oui, c’est ça… venez le dire vous-même dans l’heure de midi… Au revoir, Monsieur Séraphin.

Elle remet le cornet, visiblement contrariée, elle regarde Albert qui attend avec une légère anxiété ; elle secoue tristement la tête.

ALBERT

Non ? Rien ?…


SUZANNE

Le Comité est venu ensemble hier soir… et il a choisi M. Hebbelinckx comme président d’honneur…


ALBERT

Cette nouvelle va vivement contrarier M. Beulemans.


SUZANNE

Lui, c’est encore rien. Mais, elle, va jouer sur sa patte !


ALBERT

Qui, elle ?


SUZANNE

Mère, tiens !… Elle ne sait pas le laisser cinq minutes tranquille avec ça : Eh bien, pour quand c’est donc ? Quand c’est que vous serez enfin Président d’honneur de la Société mutuelle des Employés et ouvriers de Brasserie ? Quand c’est que vous aurez aussi un peu de prestige ? Et lui fait ce qu’il peut, vous savez… Il paie des verres à tout le monde, il